mercredi 13 avril 2011

An Ode to English Plurals

© Dan Borris yogadogz.com

Today, I have decided that this blog shall officially be bilingual (after all, this is Canada). So here's a classic that's been posted all over the Internet, but a friend just sent it to me, and I love it. The yoga of language! (the pose is optional)


We'll begin with a box, and the plural is boxes,
But the plural of ox becomes oxen, not oxes.
One fowl is a goose, but two are called geese,
Yet the plural of moose should never be meese.
You may find a lone mouse or a nest full of mice,
Yet the plural of house is houses, not hice.

If the plural of man is always called men,
Why shouldn't the plural of pan be called pen?
If I speak of my foot and show you my feet,
And I give you a boot, would a pair be called beet?
If one is a tooth and a whole set are teeth,
Why shouldn't the plural of booth be called beeth?

Then one may be that, and three would be those,
Yet hat in the plural would never be hose,
And the plural of cat is cats, not cose.
We speak of a brother and also of brethren,
But though we say mother, we never say methren.
Then the masculine pronouns are he, his and him,
But imagine the feminine: she, shis and shim!

Let's face it - English is a crazy language.
There is no egg in eggplant nor ham in hamburger;
Neither apple nor pine in pineapple.
English muffins weren't invented in England .
We take English for granted, but if we explore its paradoxes,
We find that quicksand can work slowly, boxing rings are square,
And a guinea pig is neither from Guinea nor is it a pig.

And why is it that writers write but fingers don't fing,
Grocers don't groce and hammers don't ham?
Doesn't it seem crazy that you can make amends but not one amend.
If you have a bunch of odds and ends and
Get rid of all but one of them, what do you call it?

If teachers taught, why didn't preachers praught?
If a vegetarian eats vegetables, what does a humanitarian eat?
Sometimes I think all the folks who grew up speaking English
Should be committed to an asylum for the verbally insane.

In what other language do people recite at a play and play at a recital?
We ship by truck but send cargo by ship.
We have noses that run and feet that smell.
We park in a driveway and drive in a parkway.
And how can a slim chance and a fat chance be the same,
While a wise man and a wise guy are opposites?

You have to marvel at the unique lunacy of a language
In which your house can burn up as it burns down,
In which you fill in a form by filling it out,  and
In which an alarm goes off by going on.

And in closing, if Father is Pop, how come Mother's not Mop?

mardi 12 avril 2011

Croyez-vous à la vie après la naissance ?

Le texte qui suit a été écrit par Jirina Prekop, une psychologue tchécoslovaque. Il m'est parvenu via la lettre d'information mensuelle de Don Boudreau (kosmonet.org). À savourer et à méditer...

Y a-t-il une vie hors du lit

Dans le ventre d’une femme enceinte, deux fœtus jumeaux ont une conversation. L’un d’eux est un sceptique et l’autre est un intuitif.

Le sceptique : Crois-tu à une vie après la naissance ?

L'intuitif : Bien sûr. Tout le monde sait qu’il y a une vie après la naissance. Nous sommes ici pour grandir et être assez forts et préparés pour ce qui nous attend après.

Le sceptique : Allons donc ! Il ne peut pas y avoir de vie après la naissance ! Peux-tu imaginer comment cette vie serait ?

L'intuitif : Je ne connais pas tous les détails, mais je crois qu’il y a plus de lumière, et peut-être que nous nous promènerons et nous nous nourrirons là-bas.

Le sceptique : N’importe quoi ! Il est impossible de marcher et de nous nourrir ! Ridicule ! Nous avons le cordon ombilical qui nous nourrit. Je veux simplement te faire remarquer : la vie après la naissance ne peut pas exister parce que notre vie, le cordon, est déjà trop courte.

L'intuitif : Je suis sûr que c’est possible. Ce sera juste un peu différent. Je peux l’imaginer.

Le sceptique : Mais il n’y a personne qui n’est jamais revenu de là ! La vie se termine simplement par la naissance. Et franchement, la vie est une grande souffrance dans l’obscurité.

L'intuitif : Non, non ! Je ne sais pas comment sera exactement la vie après la naissance, mais en tout cas, nous allons rencontrer notre mère et elle prendra soin de nous !

Le sceptique : Mère ? Tu penses que nous avons une mère ? Alors, où est-elle donc ?

L'intuitif : Elle est partout autour de nous, et nous sommes en elle ! Nous bougeons à cause d’elle et grâce à elle, nous nous déplaçons et nous vivons ! Sans elle, nous n’existerions pas.

Le sceptique : Absurdité ! Je n’ai jamais vu une telle mère ; donc, il n’y a personne.

L’intuitif : Je ne peux pas être d’accord avec toi. En fait, parfois, quand tout se calme, on peut l’entendre chanter et sentir comment elle caresse notre monde. Je crois fermement que notre vraie vie commence seulement après la naissance.

Sceptique ou intuitif ?

vendredi 1 avril 2011

Nouveaux cours à Montréal

© Dan Borris yogadogz.com
Comme beaucoup d'humains, je suis totalement séduite par les chats. Je suis impressionnée par leur talent infini à s'étirer avec grâce, bondir élégamment et profiter avec l'abandon le plus total de la moindre flaque de soleil. Je les étudie assidûment dès que j'en ai l'occasion et un jour, c'est sûr, j'enseignerai "Le Yoga des Chats" !

En attendant que mon félin intérieur soit suffisamment éveillé, j'ai découvert les photos de Dan Borris, qui croque minous et toutous dans des poses classiques... de yoga, et je ne résiste pas à l'envie d'en partager quelques unes avec vous (si vous voulez en voir plus, cliquez sur le lien en dessous de la photo).

© Dan Borris yogadogz.com
Et en attendant le Yoga des Chats, je vous propose aussi deux nouveaux rendez-vous pour le Yoga des voyelles à Montréal : les mardis de 8h à 9h30 et les samedis de 8h à 9h30.

Ces deux cours auront lieu dans le Mile-End, dans la très jolie salle de Marie-Hélène Thouin, et il y aura deux cours d'essai gratuits : le samedi 9 avril à 8h et le mardi 12 avril à 8h.

Et toujours, bien sûr, les pratiques matinales les jeudis de 7h à 8h30, sur le Plateau Mont-Royal.

Pour tous les détails pratiques, cliquez ici.

Au plaisr de vous retrouver bientôt !